Vie quotidienne

Quelles sont les étapes pour l’obtention d’un permis pour moto automatique ?

obtention d'un permis pour moto

Puisque ces dernières années, de plus en plus de personnes préfèrent conduire un scooter avec une boite à vitesse automatique, un permis spécial qui permet de conduire ce type de véhicule a été mis en place. Dans cet article, nous vous aidons à mieux comprendre les raisons pour choisir un permis moto automatique au lieu d’un permis A2 mécanique, les conditions d’obtention d’un permis moto automatique ainsi que le déroulement de la formation et des examens pour que vous puissiez rouler avec un scooter de façon légale. Mais avant tout, comment définir un permis moto A2 ?

Qu’est-ce que le permis moto A2 ?

Un permis moto A2 permet à la personne de conduire une moto ou un scooter dont la puissance ne dépasse pas 35 kW ou bien un trois-roues avec une puissance inférieure à 15 kW. En plus, le véhicule deux-roues doit avoir un rapport poids/puissance égal ou inférieur à 0,2 kW pour un kilo.

Dans le cas d’une moto bridée, il existe une autre condition à respecter : la puissance d’origine doit être inférieure à 70 kW.

Par ailleurs, chaque personne ayant l’âge de 18 ans, a le droit de passer son permis moto A2. En tant que candidat, vous devez passer le code, l’épreuve de plateau puis l’épreuve de la circulation. Aujourd’hui, il existe deux types de permis A2 :

  • le permis moto avec boîte manuelle ;
  • le permis moto avec boîte automatique.

Pourquoi choisir le permis moto automatique ?

En optant pour un permis A2 automatique, vous n’aurez le droit que de conduire un véhicule avec une boîte de vitesse automatique. Vous serez par conséquent interdit de conduire un appareil deux-roues à boîte mécanique.

Il existe en réalité plusieurs facteurs qui favorisent le permis moto automatique par rapport au permis moto classique, à savoir :

  • un examen plus facile ;
  • conduire un scooter est plus simple quand on a un permis automatique ;
  • la possibilité de passer d’un permis pour moto automatique à un permis pour moto manuelle.

D’abord, l’examen d’un permis moto automatique, est souvent plus facile à passer, surtout si vous avez une expérience en conduite de scooter. En général, le long parcours est le plus difficile à passer pour les futurs motards.

De plus, il existe une grande différence entre la conduite d’une moto à boîte mécanique et de celle à boite automatique, alors dans le cas où vous envisageriez d’acheter un scooter, il est plus judicieux d’opter pour un permis moto automatique.

Enfin, une passerelle existe entre les deux permis, alors vous pouvez passer l’épreuve du plateau pour avoir votre permis manuel après l’obtention d’un permis automatique.

Quelles conditions pour obtenir un permis moto automatique ?

Pour pouvoir passer un permis A2 automatique, le candidat doit respecter certaines conditions, à commencer par l’obtention de l’attestation scolaire de sécurité routière ou bien l’attestation de sécurité routière.

En plus, le candidat de nationalité française doit obligatoirement présenter une attestation d’exemption ou un certificat qui prouve sa participation à la journée de défense et de citoyenneté. Alors que le candidat étranger doit présenter son titre de séjour valide, en plus d’une durée de résidence en France qui dépasse les 6 mois.

Sachez que la durée de validité de ce type de permis est de 15 ans. Le nombre d’années est calculé à partir de la date de délivrance du permis moto automatique.

Comment se déroule la formation d’un permis moto automatique ?

Le déroulement de la formation pour obtenir un permis moto automatique, ressemble à celle du permis classique : le candidat doit passer au moins 8 heures de plateau et 12 heures de circulation. Sauf que le véhicule utilisé diffère.

L’examen de code de la route est le premier pas vers son permis moto automatique. Le candidat est dans l’obligation d’assimiler les règles de circulation routière pour qu’il puisse prendre le guidon de la moto. Le second examen est celui du plateau, le candidat commence par montrer sa maîtrise de la moto, sans l’utilisation du moteur, puis l’inspecteur effectue quelques tests de mécanique. Il demande par la suite au candidat de passer à l’épreuve de la maîtrise à allure lente, puis à une allure élevée de 50 km/h.

La dernière épreuve pratique, est l’épreuve en circulation, qui dure 35 minutes. Le but de cette épreuve est de tester la capacité du futur motard à s’adapter aux circonstances.